LE MIROIR

 

Définition Larousse :

-Verre poli et métallisé (étain, argent, aluminium) qui réfléchit les rayons lumineux.

-Surface polie, métallique ou autre, servant aux mêmes usages.

-Littéraire : Surface unie qui réfléchit les objets : Le miroir des eaux d'une fontaine.

-Littéraire : Ce qui offre l'image de quelque chose et le met en quelque sorte devant nos yeux : Les yeux sont le miroir de l'âme.

 

Mythologie :

Dans la mythologie grecque, le miroir est associé à Narcisse. Selon le mythe, Narcisse est un jeune homme d'une incroyable beauté, mais très fier de lui. Aussi, il repousse de nombreux prétendants et prétendantes. Un jour, Narcisse découvre son reflet dans l'eau et en tombe passionnément amoureux. Il reste alors des jours entiers à se contempler et finit par dépérir.

D'être trop centré sur lui même lui fait perdre de vue les choses essentielles de la vie.

 

Psychologie analytique :

Psyché (du grec l’âme) ; intégralité des manifestations conscientes et inconscientes de la personnalité et de l’intellect humain.

 

Psychiatrie :

-Stade du miroir :

 Première étape décisive de la structuration du sujet, selon Lacan, et qui se met en place entre 6 et 18 mois, lorsque l'enfant identifie sa propre image dans un miroir.

-Le signe du Miroir :

Tendance du patient à longuement et fréquemment contempler sa propre image, qui répond également à son interrogation angoissée sur la désorganisation de sa vie mentale à travers la physionomie et l'expression du regard.

-L'effet miroir :

Dans nos interactions sociales, amicales, affectives, professionnelles, nous sommes exposés à ce que l'on appelle « l'effet miroir » ; c'est à dire aux projections psychologiques. Au sens psychanalytique du terme, les projections psychologiques sont les opérations par lesquelles le sujet expulse de soi et localise dans l'autre, des qualités, des sentiments, des désirs qu'il méconnaît ou refuse en lui. Au sens plus large, nous projetons sur les autres nos émotions, nos fausses croyances et nos complexes inconscients.

 

Ma définition :

Prisme, filtre, duquel ressort un objet, sous la forme d’un reflet.

C’est une équation à trois éléments.

L’objet, le miroir, et le reflet, ou l’image

 

Cela peut être aussi le groupe de paroles, dans lequel je me regarde, et vous êtes mes reflets :

Ce que je retrouve de moi, chez les participants du groupe ; notre point commun, ou ce qui nous lie. Cela peut aussi mettre en évidence notre différence… cela m’aide à me définir, et contribue à la connaissance que j’ai de moi.

 

Miroir à facettes ; différents reflets :

L’image que j’ai de moi,

L’image que je veux donner,

L’image perçue.

 

L’un de mes plus anciens souvenirs, lorsque j’étais enfant, est d’être montée sur une chaise, pour m’apercevoir dans la glace.

M’observer, me détailler.

Puis, plus tard y chercher ce que je pourrais changer, afin de ressembler à tel ou tel personnage, ou personne.

Puis, à nouveau observer cette image, en la questionnant, espérant des réponses ; mais qui est tu donc, ou plutôt, où es-tu ?

Au plus fort de ma dépendance, je m’y suis perdue. Le miroir étant déformant.

 

Et enfin, après de longues périodes de soins, de rechutes, de travail sur moi, j’ai pu, débarrassée de l’illusion que procure les produits psychotropes, apercevoir une partie de mon être, et, en fonction des choix que j’ai pris, continuer à construire ce qui fait mon identité.

Je sais ce que j’aime, ceux que j’aime, ce qui me nuit, ce qui me sert et ce qui me dessert.

J’ai redéfini mes valeurs et mes priorités.

 

Je ne cherche pas à produire une image. L’important, ce n’est pas le reflet, l’important, c’est moi ; et quel que soit le miroir, que mon reflet soit authentique, qu’il ne dépende pas de qui regarde, mais qu’il traduise ce que je ressens.

Et cette image peut aussi évoluer, en fonction des changements de ma personnalité, au fil de mes réflexions, au fil de mon expérience, au fil du temps…Du moment que je m’y retrouve, que je m’y reconnaisse.

 

Et vous, que voyez vous devant votre miroir personnel, de quelle couleur est votre reflet ?

                                                                                                                        Conclusion de Jean Cocteau :

Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu avant de renvoyer les images.

 

                                                                                                                            Crocodilou