LA FAMILLE

 

 

Définition Larousse :

1) Ensemble des générations successives descendant des mêmes ancêtres ; une lignée.

2) Ensemble des personnes unies par un lien de parenté ou d'alliance : Famille proche, éloignée.

3) Ensemble formé par le père, la mère (famille nucléaire), et les enfants : Fonder une famille.

4) Ensemble constitué par les enfants issus du mariage.

5) Génération, descendance de père en fils.

6) Ensemble de personnes ayant des caractères semblables : Famille littéraire, politique, religieuse.

7) Ensemble de choses ayant des caractères communs.

 

Essai :

 

La Famille…

Comment mes parents se sont projetés, puis la place qu’ils ont laissé à ma personnalité, à mon identité. Le choix qu’ils m’ont donné dans mes études, pour que je puisse me réaliser en tant qu’adulte…

Comment j’ai imaginé mon enfant, quelle place je lui ai laissée, les choix que je lui ai donné…etc.

 

De toute mes vies passées, j’en retiendrai 7 :

 

1) L’enfance, en compagnie de mon frère ; sous influence et bienveillance, contrôlées par mes parents. Cellule familiale classique, le père au travail, la mère, femme au foyer, un grand frère, et moi. Partage de chambre, de jeux et de bagarres.

 

2) L’adolescence, tourbillon d’émotions, de contradictions, et de frustrations. Découverte des produit psychotropes, en cachette. Incompréhension mutuelle avec mes parents, privation de liberté, éloignement de mon frère, isolement…Gros malaise.

3) Jeune adulte, volonté de sortir de cette famille, de s’en émanciper. Entrée dans la vie professionnelle. Croque la vie, consommation des produits psychotropes, parfois en grande quantité.

 

4) Fondation de ma propre cellule familiale…

Apprentissage magnifique de la maternité, impression d’avoir trouvé ma place au sein de la société. Puis, progressivement, perte de liberté morale, étant sous l’emprise du père de mon fils, puis perte de libre arbitre, étant sous l’emprise des produit psychotropes. Place perdue. Parallèlement, mise au grand jour d’un secret de famille, réminiscence de souvenirs enfouis …

 

5) Prise de conscience, séparation, famille monoparentale. Expérience fusionnelle avec mon fils, constatation de mon alcoolisme et de mon addiction au cannabis. Demande d’aide à d’autres intervenants que mes parent ou amis, puis premiers essais d’abstinence, première(s) cure(s). Mise en invalidité. L’alcool disparait de ma vie.

 

6) Recomposition familiale, un mari, deux belles-filles, mon fils, arrêt et re consommation du cannabis. Jeu d’équilibre, place à établir, partager, et se partager…

 

7) Abstinence totale. Redécouverte et utilisation de ma créativité, pour me réaliser, me réconcilier avec la Réalité, et m’ancrer à celle-ci. Affirmation de ma place, de mes choix, et de mes valeurs auprès de mon entourage amical et familial. Affirmation qui n’est pas forcément comprise, si admise…

 

 

Famille et addiction :

 

Il existe des interactions entre addiction et système familial :

Comme dans un jeu de rôles, l’addiction d’une personne transforme aussi le comportement de ses proches. Situation qui les amène à avoir des attitudes, des pensées ou des émotions qui les surprennent, les questionnent ou les fragilisent, les déstabilisent.

Sentiment de supériorité ou d’impuissance, inquiétude, surveillance, attente, espoir, déception, peur, perte de confiance en la personne addicte d’une part.

D’autre part, sentiment d’infériorité, promesses, rechute, désespoir, perte de confiance en soi, tension, culpabilité, honte.

Malgré tout cela, la famille peut être d’un grand soutien, et d’une aide précieuse pour la reconstruction de soi.

 

Place et le rôle de l’alcool ou des produits psychotropes dans la cellule familiale :

En tant qu’adolescente, c’était pour moi le goût de l’interdit, l’impression de l’affirmation de soi dans le secret de la consommation, puis le pouvoir sédatif du cannabis. Problème d’insomnies récurent que mes parents n’ont jamais réussi à soigner, et dont j’aurais découvert la solution par moi-même.

En tant que mère, découverte de la culpabilité, puis de la honte.

En tant que compagne d’une personne alcoolique, c’était le bénéfice secondaire ; l’idée que mon addiction au cannabis était moins grave que son addiction à l’héroïne et l’alcool ; ce n’était pas moi la malade, la nulle, la destructrice.

En tant que femme, oubli de moi-même, aide à supporter l’insupportable.

 

Et vous, quelle place avez-vous donner aux produits dans votre cellule familiale, quels rôles ont-ils joué ?

 

Conclusion :

 

La famille…

Espace clos, dans lequel il est possible de s’épanouir, de grandir, qui a pour vocation la continuité de l’être humain. Succession de génération, ou cellule familiale, la famille peut être refuge, ou enfer…

Donc, la famille, oui, mais sans famille … Avec une pensée pour ceux qui ne la connaissent pas.

 

Crocodilou