Le brouillard - Année 2013

7

J’ai réussi à parler de ma rechute …

Au psychiatre, à l’addictologue, au groupe de parole, et à mes amis (qui l’avaient constatée, d’ailleurs).

Je consomme à outrance, le remède à l’insomnie a fait long feu, je me relève la nuit pour consommer, puis j’attends le matin, et je fume jusqu’au soir.

Je décide alors de faire un sevrage de dix jours à nouveau à l’hôpital de Rambouillet, au service d’addictologie.

A cette occasion, je reformule la biographie que j’avais réalisée au séjour précédent. Je dessine, aussi, je fais des portraits des patients. Je participe aux activités thérapeutiques, l’une d’elle consiste à piocher des mots dans un sac, et à les mimer. Cet exercice me dérange, je déteste sentir les regards posés sur moi ; pourtant, au groupe de parole, je m’exprime aisément devant 25 personnes.

Je ne suis plus la seule à être là pour soigner une addiction au cannabis…Il est question de polyconsommations.

Du fait de l’arrêt du cannabis, les cauchemars réapparaissent ! On m’explique que c’est normal, et plutôt bon signe.

Je fais aussi quelques séances de kinésiologie, en vain…

Cette année, je reprends un de mes croquis de Nu, et je l’agrandis, à la peinture à l’huile. Il s’appelle « Introspection » …

Introspection Huile sur toile 97 x 130 cm w.jpg